La réforme 100% Santé pour le dentaire conclue et approuvée en 2018 entre l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam) d’une part, et la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), l’Union dentaire (UD), et l’Union nationale des organismes complémentaires d’assurance maladie (Unocam), vise à rééquilibrer dans la durée, l’activité des chirurgiens-dentistes. 

Aussi bien dans le sens d’une valorisation des actes conservateurs, que dans celui d’une stratégie fondée sur la prévention et l’accès aux soins dentaires. 

LES 4 GRANDS AXES DE LA CONVENTION NATIONALE DES CHIRURGIENS-DENTISTES

Les soins dentaires ont été considérablement revalorisés (entre 40 et 60%) pour encourager les traitements qui visent à conserver et soigner les dents (comme le traitement des caries par exemple).

Des plafonds ont été créés pour 70% des actes prothétiques réalisés, intégrant toutes techniques et les matériaux nécessaires à une prise en charge de qualité. Une large partie de ces actes (45%) sera, à terme, remboursée intégralement par l’Assurance Maladie et les complémentaires santé, sans reste à charge pour l’assuré.

De nombreuses actions de prévention destinées à préserver la santé bucco-dentaire, notamment chez les enfants ou les jeunes, ont été lancées.

Des dispositions ont été prises pour une meilleure prise en charge des populations plus fragiles, comme les patients diabétiques, sous traitements anticoagulants ou en situation de handicap mental.

Les différentes étapes de la mise en place de la réforme 100% santé pour le dentaire

Quels changements pour 2021, lors de la troisième phase des revalorisations ?